En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
Accepter
Savoir Maigrir

Arrêt du tabac : comment gérer la prise de poids ?

Posté le 30 octobre 2023 par Dr Jean-Michel Cohen

L'arrêt du tabac est une décision saine, mais il peut être accompagné d'une prise de poids pour de nombreuses personnes. Dans cet article, nous allons explorer les raisons derrière cette prise de poids et discuter des stratégies pour la gérer tout en préservant votre santé.

Impact de la cigarette sur le métabolisme

La cigarette accélère la dépense d'énergie de votre corps, ce qui maintient souvent le poids à un niveau plus bas chez les fumeurs. Cependant, dès que vous arrêtez de fumer, votre métabolisme ralentit, ce qui signifie que vous brûlez moins de calories. 

Et l’on considère que la consommation d’une vingtaine de cigarettes fait dépenser environ 200 calories, l’arrêt du tabac réduit donc la dépense énergétique. Cela peut entraîner une augmentation du poids, car votre corps stocke désormais plus de graisses. 

Les raisons derrière la prise de poids post-tabagisme

Outre le ralentissement du métabolisme, l'arrêt du tabac peut également augmenter votre appétit. Les cigarettes sont souvent utilisées pour réduire l'appétit, et sans elles, de nombreuses personnes ressentent des fringales plus fréquentes. Pour combler ce vide, elles peuvent consommer plus de calories, contribuant ainsi à la prise de poids.

Options alimentaires saines pour combattre les fringales

Si vous cherchez à éviter la prise de poids après avoir arrêté de fumer, il est essentiel de choisir des collations saines pour combattre les fringales. Optez pour des légumes crus, des fruits frais, des produits laitiers écrémés ou demi-écrémés ou encore des œufs durs. Ces options vous rassasieront tout en fournissant des nutriments essentiels et en étant relativement peu caloriques..

Pourquoi il est préférable d'attendre avant de commencer un régime

Lorsque vous arrêtez de fumer, votre corps traverse déjà de nombreux changements. Je recommande d'attendre au moins 6 mois avant d'envisager un régime. Cela vous permettra d’éviter la double frustration de l'arrêt du tabac et d'un régime. Prenez soin de votre santé globale avant de vous lancer dans des changements alimentaires drastiques.

En conclusion, l'arrêt du tabac peut entraîner une prise de poids, mais en comprenant les raisons derrière ce phénomène et en adoptant une approche saine pour gérer les fringales, vous pouvez minimiser les effets sur votre poids. Faites preuve d’indulgence envers vous-même et donnez à votre corps le temps de s'ajuster avant d'envisager un régime. Votre santé est une priorité, quelle que soit l'étape de votre parcours vers un mode de vie sans tabac.

Lire les commentaire (0)



Le soja : pourquoi inquiète-t-il autant ?

Posté le 23 octobre 2023 par Dr Jean-Michel Cohen

Le soja est un aliment de base en Asie depuis des siècles mais on ne le trouve chez nous que depuis quelques années. Il crée cependant beaucoup de doutes et vous êtes nombreuses et nombreux à me demander quels sont les dangers à consommer du soja, ou trop de soja. C'est une question extrêmement pertinente à laquelle je réponds bien volontier.

La graine de soja : la plus riche en protéines du monde végétal

Je voudrais tout d'abord qu'on ne confonde pas les graines de soja avec celles du haricot mungo que l'on trouve souvent l'été sous forme de “germes de soja” dans les salades composées.

La graine de soja est la plus riche en protéines du monde végétal. Qualitativement, ses protéines sont pratiquement les seules à pouvoir se comparer aux protéines animales. La graine de soja apporte également des lipides totalement dépourvus de cholestérol. Quel aliment complet !

La consommation de produits à base de soja est même tout particulièrement indiquée pour certaines personnes :
- Celles souffrant d'intolérance au lactose. En effet, le “lait de soja”, nous devrions dire “jus de soja” et ses dérivés comme les desserts lactés ne contiennent ni lactose ni protéines de lait mais peuvent être enrichis en calcium. Les produits à base de soja sont donc une excellente alternative.
- Celles souffrant d'hypercholestérolémie qui peuvent, grâce aux produits dérivés du soja, retrouver une alimentation habituelle à base de crème, de lait et de desserts “lactés”.
- Celles souhaitant rééquilibrer leur alimentation en augmentant leur consommation de protéines végétales.

Polyphénols et isoflavones, les antioxydants

C'est vrai que de nombreuses personnes craignant pour leur santé préfèrent ne pas consommer « trop » de produits à base de soja car celui-ci contient des polyphénols dont font partie les isoflavones qui ont très mauvaise réputation quand elles sont consommées en excès.

Ne nous emballons pas pour autant : l'AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) a rendu son rapport et propose “un apport limité à 1 mg d'isoflavones par kilo de poids corporel et par jour”. C'est une quantité importante équivalant à au moins cinq produits au soja chaque jour !

Vous pouvez donc manger du soja sans risques et même plusieurs fois par jour. Attention cependant à ne pas en consommer en plus de votre alimentation habituelle mais bien en substitution d'autres aliments (steak, yaourt, bol de lait, crème…) car... ils ne sont pas exempts en calories.

Je vous explique tout dans la vidéo qui suit. Venez la commenter et la liker, et n’oubliez pas de me suivre sur tous mes réseaux !

Lire les commentaires (3)



Compotes : comment faire le bon choix ?

Posté le 16 octobre 2023 par Dr Jean-Michel Cohen

Connaissez-vous des gens qui n’aiment pas la compote ? Et connaissez-vous les apports nutritionnels de la compote ? Et bien cela peut varier très fortement d’un produit à l’autre. Sans sucre, sans sucre ajouté, allégé en sucre… Voici comment faire le bon choix au rayon des compotes.

Les enfants adorent ça

On parle souvent des fruits frais, mais pour des raisons de temps et de praticité évidente, il est possible de varier avec des compotes, fruits au sirop ou fruits surgelés. Mais aujourd’hui, concentrons-nous sur les compotes.

Les compotes, de par leur côté pratique et prêt à l’emploi, font largement partie de la consommation quotidienne. Elles sont également très appréciées des enfants. Une compote correspond à un ou plusieurs fruits cuits avec ou sans sucre et mixés plus ou moins finement, également plus ou moins dilués. 

Vitamines et index glycémique

On les trouve en bocaux de 500 g ou 1 kg, en pots individuels de 90 à 100  g ou en gourdes à emporter de taille variable. La cuisson du fruit va en grande partie détruire la vitamine C

En parallèle, la réduction des fibres liées à l’épluchage et l’action mécanique du mixage contribue encore à augmenter l’index glycémique. La compote sera mangée rapidement, voire aspirée pour les compotes en gourde, et le rassasiement sera bien moindre comparé à la consommation d’un fruit frais à croquer.

Pour les compotes, la priorité reste de choisir de VRAIES compotes et non des pseudo-desserts à base de fruits… On choisit des compotes sans sucres ajoutés, ou à défaut allégées en sucres, le sucre naturellement contenu dans le fruit étant en réalité suffisant. 

Compote de pomme ou compote de poire ?

Le parfum importe peu, il s’agit là d’une affaire de goût. Attention cependant aux pomme-châtaigne et pomme-rhubarbe, bien plus sucrées. On fuit le sirop de glucose-fructose et on évite au maximum les additifs. 

On remarque de nouvelles gourdes en rayon qui contiennent 120  g de compote, contre 90  g pour les produits précédents. Cette portion supérieure est intéressante pour une vraie portion de fruit, principalement pour les adultes. 

Pour celles et ceux qui les font maison, choisissez des recettes aussi légères en sucre que possible, idéalement sans sucre. L’avantage de les faire maison, c’est que vous avez le contrôle total de la composition.

Si la compote se consomme rapidement et n’apporte pas autant que les fruits frais, elles peuvent s'intégrer à une collation pour les plus jeunes en pleine croissance, et comme une petite collation un peu gourmande pour les autres. 

Regardez bien mes conseils ! Bon visionnage.

Lire les commentaires (4)



5 Aliments bons pour votre foie

Posté le 9 octobre 2023 par Dr Jean-Michel Cohen

Le foie, organe noble, est considéré comme une vaste « usine de recyclage » du corps. Son rôle est notamment de stocker les nutriments apportés, puis de les transformer en très petites molécules. 

Cet organe dégrade aussi les substances toxiques (alcool, drogues) et sécrète la bile, transportée et conservée entre chaque repas au sein de la vésicule biliaire. Mais pas seulement…

Le foie et le cholestérol

Le foie est également le lieu de fabrication du cholestérol et de stockage de celui que nous ingérons, pour ensuite l’acheminer jusqu’aux cellules de l’organisme qui en ont besoin. Ce transporteur qui apporte le cholestérol aux cellules s’appelle le LDL, que l’on a injustement appelé « mauvais cholestérol »

D’autres « camions » vont venir rechercher le cholestérol en excès dans les cellules pour l’éliminer via le foie par la bile et par les fèces. Ils jouent en quelque sorte le rôle des « éboueurs ». On les appelle les HDL, ou « bon cholestérol ». 

Mais quand il y a des « erreurs de livraison » ou des embouteillages, donc trop de cholestérol dans le corps, ce dernier va se déposer sur les artères. C’est pourquoi nos apports en graisses doivent rester raisonnables afin que notre organisme ne soit pas submergé par des plaques d’athérome.

Le foie gras, le nash syndrome

Vous avez entendu parler de la maladie du foie gras. La NASH ou  stéato-hépatite non alcoolique, elle, est provoquée en partie par une consommation accrue de produits sucrés, et/de sodas. Le foie, en tant qu’usine de traitement, ne peut alors travailler correctement, il est submergé et stocke les excès de sucres, sous forme de graisse.

A l’échographie, on notera un foie brillant, plus gros, signe d’un foie qui commence à être en saturation, pouvant provoquer à terme une stéatose hépatique, et à un stade plus avancé une cirrhose. Pour s’en défaire, il faut réduire sa consommation de sucre, mais aussi d’alcool si vous en consommiez, ainsi que de produits trop riches en graisses saturées. 

Voici quelques aliments que votre foie appréciera.

5 Aliments bon pour votre foie

1.Les légumes à feuilles vertes : Les légumes comme les épinards, le chou frisé et la laitue sont riches en chlorophylle, qui peut aider à détoxifier le foie en éliminant les substances nocives. De plus, ils contiennent des antioxydants qui favorisent la santé hépatique. 

2.Les agrumes : Les agrumes tels que les citrons, les oranges et les pamplemousses sont riches en vitamine C, un antioxydant puissant. La vitamine C stimule la production de glutathion, un composé qui aide le foie à éliminer les toxines et à métaboliser les graisses. 

3. Les noix : Les noix, comme les amandes, les noix de cajou, les noix de pécan et les noisettes, sont riches en acides gras insaturés, en particulier les acides gras oméga-3. Ces acides gras aident à réduire l'inflammation et à améliorer la fonction hépatique. De plus, les noix contiennent de la vitamine E, un antioxydant qui peut protéger le foie contre les dommages oxydatifs.

4. Le curcuma : Le curcuma est une épice qui contient un composé appelé curcumine, connu pour ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes. Il peut aider à réduire l'inflammation dans le foie et à améliorer sa fonction. 

5. Les poissons gras : Les poissons gras comme le saumon, le maquereau et le thon sont riches en acides gras oméga-3. Ces acides gras sont bénéfiques pour le foie car ils peuvent réduire l'inflammation et aider à maintenir un équilibre lipidique sain.

J’aurais également pu citer l’avocat, mais connaissant ses modes de production et le trajet parcouru par les avocats pour arriver dans notre assiette, je l’ai laissé de côté. Ceci-dit, si vous vous trouvez un jour dans un pays avec des avocats locaux, vous pourrez en consommer de temps en temps.

Pour prendre soin de votre foie, évitez les produits ultra transformés riches en sucres et graisses saturées, regardez bien les compositions, évitez de consommer trop de produits sucrés, sodas et limitez l’alcool au maximum. 

Je vous explique un peu plus en détails tout ce qu’il faut faire pour avoir un foie en bonne santé dans la vidéo qui suit.

Bon visionnage !

Lire les commentaire (1)



“Le guide d’achat pour bien manger” : vous aider à faire les bons choix

Posté le 3 octobre 2023 par Dr Jean-Michel Cohen

Chaque année, je prends du temps afin de regarder l’évolution des aliments dans les supermarchés et vérifier si la qualité évolue de façon positive ou négative. Vous verrez que, dans l’ensemble, grâce aux choix que vous faites, l’évolution se fait quand même de façon positive, en tout cas sur la qualité des ingrédients. 

Plus de sucre et de graisse ?

Il n’en est pas de même sur les valeurs nutritionnelles, où la plupart des nouveautés sont en général caractérisées par une augmentation des teneurs en sucre ou en graisse, afin d’appâter le consommateur. 

Nous savons que cet assemblage sucre-gras provoque chez la plupart d’entre nous non seulement le désir de découvrir ces nouveaux produits, mais aussi très souvent celui d’une surconsommation

Quand on fait le bilan, on retrouve tout de même un certain nombre d’aliments dans le palmarès des bons produits, mais il en reste toujours autant du côté moins satisfaisant. 

Des appellations trompeuses

S’il apparaît vertueux de diminuer la consommation de chair animale, la qualité nutritionnelle des préparations végétariennes n’est pas toujours au rendez-vous. Insuffisance de protéines, ajout de nombreux ingrédients, marketing abusif. 

Ces produits prennent l’habitude de surfer sur des appellations traditionnelles (nuggets, steak végétal…), sur des photographies alléchantes, sur des titres de recettes, sans en avoir leurs caractéristiques. 

Pour certains que j’ai eu l’occasion de consommer moi-même, la qualité gustative n’est pas du tout au rendez-vous. L’importance incroyable de l’utilisation de soja, risque de poser un problème dans la mesure où nous savons désormais qu’il faut être un peu plus modéré avec cet aliment. 

Rappelons que le soja contient des phytœstrogènes, assimilées aux hormones féminines, et que la plupart des grandes sociétés savantes s’interrogent quant à leurs effets sur la santé et la prévention de nombreuses maladies. 

Il est normal d’en utiliser, car c’est l’un des aliments les plus riches en protéines, mais pas de façon systématique. Bien heureusement, il existe des produits plutôt bien composés et vous les trouverez dans ce guide.

La nutrition face la vie moderne 

Il ne sert à rien de vouloir éradiquer cette épopée moderne de l’industrialisation des aliments car elle a permis, non seulement de démocratiser la nourriture, mais aussi d’améliorer sa qualité en termes d’hygiène et de répondre aux besoins de la civilisation contemporaine. 

Car le temps nostalgique de la cuisine, de la préparation des repas s’est effacé au profit d’une quête d’une alimentation à la fois simple, diététique et saine. 

Et s’il reste très vertueux et de bon sens de recommander de ne cuisiner que des produits frais, de préparer ses repas soi-même, de se confectionner des recettes maison, rien de tout cela ne correspond à la vie des célibataires, des familles, des hommes et des femmes qui achètent 80 % de leurs aliments dans les supermarchés. 

Un peu comme les contes de fées qui ne correspondent pas à la réalité mais sont tellement jolis à raconter. Oui, bien sûr, dans ces émissions filmées par trois caméras pendant trois heures où l’on nous délivre une recette de 10 minutes, tout paraît simple. 

Mais quand on va au travail le matin, qu’on rentre le soir, souvent fatigué, et qu’il faut manger tous les jours de la semaine, comment imaginer ces préceptes possibles ?

Avec ce nouveau guide, vous pouvez choisir les meilleurs produits pour vous et votre famille, en apprenant quelques astuces. 

Vous connaissez ma mission, faire de vous des mini-nutritionnistes ! 

Lire les commentaires (2)



Vous grignotez ? J’ai des solutions pour vous

Posté le 25 septembre 2023 par Dr Jean-Michel Cohen

En milieu de matinée… hop, 2 ou 3 petits biscuits avec les collègues à la pause. En milieu d'après-midi, hop, une pâte de fruit et quelques chocolats offerts par un voisin. Le soir, une petite glace devant la télé pour finir le film… Et à la fin de la journée, ce grignotage s’accumule pour augmenter votre bilan calorique pouvant vous menez ainsi au surpoids. 

Comment identifier, expliquer et gérer le grignotage : je vous explique tout.

Repérer le grignotage

Le grignotage peut être défini par la consommation de petites quantités d’aliments en dehors des repas. Il arrive parfois que les repas disparaissent au profit du grignotage. La plupart du temps, les grignoteurs ne sont ni boulimiques ni anorexiques. 

Ils consomment des aliments qui leur font plaisir, contrairement aux boulimiques qui mangent par compulsions. Ce grignotage peut prendre toutes les formes alimentaires possibles (barres chocolatées, chips, cacahuètes, biscuits, bonbons…) et survenir à tout moment de la journée

Réelle faim ou envie de manger

Il n’est jamais provoqué par la faim mais par la nécessité de se faire du bien. La prise d’aliments, surtout ceux que l’on aime, permet de combler une phase d’ennui, un vide affectif, d’oublier une pensée désagréable ou de calmer un stress. 

C’est une forme de “médecine douce”, car manger entraîne une sécrétion d’endorphines qui va fournir une onde de plaisir et éliminer les déplaisirs.

Dans ce cas, culpabiliser est une erreur car cela va majorer le grignotage, qu’il vaut mieux apprendre à gérer. La façon la plus radicale consiste à sélectionner les aliments que l’on stocke dans nos placards pour éviter les produits qui nous tentent le plus, et à les remplir avec des aliments à moins forte densité calorique. C’est un premier pas. 

Éloigner les tentations

Il reste bien sûr la problématique des autres membres de la famille, mais il faut faire un choix ou s’approprier un placard dédié. Cela ne stoppera pas le grignotage, mais le dirigera vers des aliments plus sains. 

Pour combattre le grignotage, l’idéal est d’anticiper. On pourra, par exemple, laisser traîner sur la table de la cuisine des aliments soigneusement choisis, qui transformeront progressivement le grignotage en collation équilibrée cadrée. 

Yaourt, fromage blanc, œuf dur, quartiers de fruits, bâtonnets de crudités… Se préparer une infusion, un café ou déca ou toute autre boisson sans sucre permet à la fois d’occuper le temps, de suspendre la pulsion de grignotage et de bien redéfinir ses sensations : est-ce une vrai faim ?

Pourquoi je grignote à ces moments là ?

Analyser la séquence qui précède le grignotage, la nature de l’émotion qui pousse à ressentir la nécessité de manger, permet d’adopter une stratégie face à l’émotion. 

La tenue d’un petit carnet à la fois alimentaire et personnel peut aider à relier le grignotage à des moments de vie, à en prendre conscience et donc à le prévenir en adoptant une conduite d’évitement chaque fois que le risque se présente. 

Tout peut être bon  : sortir pour marcher, téléphoner à un ami, prendre un livre, pourquoi pas faire une recette de cuisine pour le prochain repas…

Il s’agit d’un réconfort et d’un système de régression. Quand dans une tentative de perte de poids, beaucoup ont tendance à tout éliminer, notamment tout ce qui peut donner du plaisir, on provoque exactement l’inverse de ce qui était recherché au travers de la nourriture. 

C’est pour cela que la frustration devient encore plus intense et que l’on aboutit à l’échec. Il y a toujours une limite à la résistance. Alors vous connaissez ma philosophie, conservons le plaisir, mais en redonnant un cadre à son alimentation ! 

Pour aller plus loin, regardez bien la vidéo qui suit, elle vous apportera des conseils et n'oubliez pas de contacter votre diététicienne dédiée si vous avez d'autres questions !

Lire les commentaires (2)



Trouver l’alimentation santé qui vous convient : revenons aux bases de la nutrition

Posté le 18 septembre 2023 par Dr Jean-Michel Cohen

Les tendances alimentaires se mêlent à notre quête de santé, et aujourd’hui, avec la multiplicité des discours, tout le monde est nutritionniste. Notre alimentation a un pouvoir extraordinaire sur notre bien-être à long terme et sur notre santé. Dans cet article, je voudrais revenir sur ma vision de la nutrition. Pour que cela soit simple pour vous, et surtout que cela vous aide comme cela a pu aider Sandrine, dont vous pourrez voir le témoignage dans la vidéo qui accompagne cet article.

Les tendances alimentaires et la santé

Penchons-nous sur les tendances alimentaires modernes. Chaque année, de nouveaux "aliments miracles" font leur apparition, prétendant offrir des bénéfices extraordinaires pour notre santé. 

L'artichaut pour maigrir, le curcuma contre le cancer, la grenade pour le cœur, et bien d'autres encore. Ces tendances alimentaires sont alimentées par le battage médiatique et les recommandations populaires des réseaux sociaux.

Pourtant, sommes-nous réellement en train d'améliorer notre santé en nous précipitant pour acheter ces produits à la mode ? Les régimes à la mode vantent souvent les mérites d'un aliment magique, mais est-ce vraiment la clé d'une vie saine ? Depuis plus de 25 ans que c’est mon métier, j’ai évolué mais ma vision reste la même, et je suis toujours là, et vous êtes toujours nombreuses et nombreux à me suivre !

Le mythe des aliments magiques

Le mythe des aliments miracles est une croyance largement répandue. Beaucoup croient qu'un seul aliment peut résoudre tous leurs problèmes de santé. Cependant, la vérité est bien différente. Les aliments miracles n'existent pas. L'artichaut, le curcuma et la grenade ont leurs avantages, mais ils ne sont pas la solution miracle à tous nos maux.

Pourquoi les aliments miraculeux sont-ils souvent un leurre ? La réponse réside dans la compréhension de la nutrition holistique. Plutôt que de rechercher un aliment miracle, concentrons-nous sur la diversité des groupes d'aliments bénéfiques. C'est là que réside la véritable puissance de notre alimentation.

L’alimentation pour une vie saine

Au lieu de chercher un aliment miracle, concentrons-nous sur la puissance des groupes d'aliments. Chaque système de notre corps mérite une attention particulière. Sur Savoir Maigrir j’explore avec vous comment chaque groupe d'aliments peut renforcer spécifiquement ces systèmes pour prévenir les maladies.

La nutrition, je le répète, doit être envisagée dans une approche globale. Vous ne trouverez pas de solution magique dans un seul aliment, ni dans un mode de fonctionnement figé.

Cependant, vous découvrirez comment votre alimentation, en y intégrant en quantité suffisante et mesurée tous les groupes d'aliments, peut vous aider à préserver votre santé et même à faire face à certaines pathologies.

Je veux revenir aux bases, là où il est facile pour tout le monde de comprendre, en évitant de perdre les gens dans des discours multiples et contradictoires. Les tendances alimentaires éphémères et le mythe des aliments miracles peuvent nous égarer.

La véritable alimentation réside dans une alimentation équilibrée et diversifiée, appuyée par un accompagnement et une adaptation de tout cela à vos goûts et à votre rythme de vie. Adoptez une approche globale de la nutrition, explorez de nouvelles recettes saines et faites de votre alimentation un allié dans la lutte contre les maladies. Et si vous avez des questions, votre diététicienne Méthode Cohen saura vous répondre et vous guider.

Sandrine l'a bien compris. Regardez, elle a trouvé Savoir Maigrir, se l'est approprié et les résultats (poids, analyses sanguines...) sont là ! Regardez, et vous aussi, venez témoigner de votre expérience !

Bon visionnage !

Lire les commentaire (0)



Savoir Maigrir : 20 ans de succès minceur

Posté le 11 septembre 2023 par Dr Jean-Michel Cohen

Vous connaissez ma philosophie : conserver le plaisir et adapter le régime selon les différentes étapes de votre amaigrissement. Cela fait maintenant plus de 20 ans que j’ai écrit le livre Savoir Maigrir. 

Savoir Maigrir : la méthode Cohen

Et aujourd’hui, La méthode Cohen, c’est un programme minceur qui allie objectif de perte de poids, apprentissage des bonnes habitudes alimentaires et éducation aux besoins physiques de notre corps (apport en énergie, calories etc.). 

Il n y a pas un régime, il n y a pas non plus de régime miracle, il y a une galaxie de régimes qui doivent e^tre réadaptés au fur et a` mesure de l’e´volution de la perte de poids.

L’objectif d’un amaigrissement est bien entendu d’obtenir une perte de poids, mais également d’améliorer son état de santé sans pour autant supprimer le plaisir que nous procure l’alimentation. 

Pas d’interdits

Voilà pourquoi il n’est pas question de parler d’aliments interdits mais plutôt d’aliments autorisés, c’est une démarche positive. Seuls les régimes associés préservent notre santé. 

Tous les régimes qui privilégient une classe d’aliments, une catégorie de nutriments, en bref dissociés, auront un impact négatif pour notre santé avec des résultats qui ne seront pas toujours au rendez-vous. Et les réseaux sociaux, où tout le monde devient spécialiste, n’ont rien arrangé. 

Revenons aux fondamentaux.

Les 3 piliers de la méthode Cohen

Le 1er pilier du programme, c'est votre alimentation.
Pour mincir dans les bonnes conditions, il faut privilégier 3 familles d'aliments :

1. Les légumes que vous pouvez manger à chaque repas sans restriction et sans aucune conséquence sur votre objectif et qui vous coupent l'appétit.

2. Les aliments sources de protéines, qui constituent l'ensemble de notre corps.

3. Les produits laitiers que vous devez consommer 3 fois par jour car sans calcium un amaigrissement est plus lent et plus difficile.

Le 2ème pilier, c'est l'hygiène de vie et la forme.

Je vous donne toutes les clés pour préserver votre corps : comment faire du sport, bouger plus au quotidien, prendre soin de vous et de votre sommeil.

Tout cela est essentiel à votre bien-être et à votre amaigrissement pour atteindre votre objectif plus facilement. Et cette nouvelle hygiène de vie vous allez la conserver pour toujours : l’apprentissage de la méthode Cohen est fait pour ça !

Enfin, le 3ème pilier, c'est le plaisir.

Pour conserver un moral d'acier tout au long du programme, il faut que vous vous fassiez plaisir. Ce n'est pas parce que vous êtes au régime que la vie va devenir triste. Au contraire, vous allez réapprendre à aimer les choses simples, les aliments frais et cuisinés avec goût.

Et comme l'ennemi principal de tout régime est la frustration, vous devez vivre cette expérience minceur comme un jeu. Aux aliments que je vous recommande, n'oubliez pas d'en associer d'autres pour le « plaisir », comme le pain, le chocolat, les pâtes. Ce sont des soupapes de sécurité pour vous.

Et pour celles et ceux qui ne sont pas encore familiers à ma philosophie de la nutrition, je vous invite à regarder cette vidéo, à la partager et à venir la commenter pour faire part de votre expérience ! 

Vous montrerez ainsi à tout le monde que dans le salmigondis que sont devenus les régimes, Savoir maigrir, la méthode Cohen reste une valeur sûre depuis 20 ans déjà !

Bon visionnage !

Lire les commentaire (1)



Réduire nos apports en sel ?

Posté le 4 septembre 2023 par Dr Jean-Michel Cohen

Devons-nous obligatoirement limiter nos apports en sel ? La consommation française représente une moyenne et comme toutes les moyennes, cela signifie que certaines personnes consomment plus et d'autres moins de sel que le chiffre annoncé. 

Rétention d’eau et hypertension

Si vous avez tendance à resaler tous vos aliments, que vous faites de la rétention d'eau, que vous êtes génétiquement prédisposé à l'hypertension artérielle ou que vous suivez un traitement nécessitant un régime pauvre en sodium, il vous est fortement conseillé de réduire votre consommation de sel.

Nous sommes bien d'accord qu'une personne en bonne santé n'a aucune raison de s'imposer un régime sans sel strict.Le sodium joue un rôle déterminant dans le maintien de l'équilibre hydrique entre l'intérieur et l'extérieur des cellules. Ce maintien est essentiel pour les transmissions nerveuses et les contractions musculaires. notamment.

Comment réduire sa consommation de sel ?

Cependant, il est établi que nous en faisons une surconsommation.

Le choix des aliments débute au supermarché. Si vous cherchez à limiter votre consommation de sodium, pensez donc à bien lire les étiquettes. 

Dans la législation actuelle, la mention "pauvre en sodium" ou "faible teneur en sodium" est autorisée pour les aliments contenant moins de 120 mg de Sodium pour 100 g ou 100 ml de produit. 

La mention "très faible teneur en Sodium" est autorisée pour les aliments contenant moins de 40 mg de Sodium pour 100 g ou 100 ml de produit.

Mais si vous avez un doute sur votre consommation personnelle, ce qu'il vous faut limiter en priorité, ce sont les aliments très riches en sodium : 
- les charcuteries, 
- les biscuits apéritifs, 
- le pain, 
- fromages, 
- les sauces et condiments, comme la sauce soja, maggi, moutarde, les bouillons cubes ;
- les conserves, 
- les plats préparés dont les soupes... 

Des astuces simples

Un petit truc tout simple consiste à ne pas resaler automatiquement tous les plats avant d'y avoir goûté. Vous pouvez également "oublier" l'ajout de sel dans l'eau de cuisson et dans la préparation de vos plats.

Et si vous craignez de trouver vos aliments un peu fades et sans véritable saveur, vous trouverez plein de conseils sur ce blog ou sur mes réseaux sociaux pour vous aider à donner du goût à vos préparations. 

Vous y trouverez mille et une idées pour accommoder vos plats avec des herbes et des épices. Et comme une des conséquences directes d’une consommation excessive de sel est l’hypertension, je vous invite à regarder la vidéo qui suit.

En cette rentrée, c’est le moment de reprendre de bonnes habitudes alimentaires pour être en forme toute l’année ! 

Bon visionnage

Lire les commentaire (0)



Faut-il arrêter de manger du sucre ?

Posté le 28 aout 2023 par Dr Jean-Michel Cohen

Le sucre est l’un des principaux responsables de l’obésité et du surpoids dans le monde, coupable de tous les maux, voici comment repérer les signes d’une consommation excessive de sucre.

Faisons tout d’abord une distinction. Dans la famille des sucres, on trouve des glucides complexes et des glucides simples qui sont avant tout différenciés par leur structure moléculaire. En raison de cette structure différente, leur digestion et leur absorption seront différentes.

Les glucides complexes ou l’ancienne appelation de glucides lents

D’autres paramètres interviennent pour évaluer l’assimilation de ces sucres comme leur digestibilité, l’association avec des fibres ou plus simplement leur consommation dans le cadre d’un repas équilibré ou de manière isolée, leur cuisson, leur forme (légumes secs entiers ou en purée par exemple)…

C’est pour cette raison que les termes “sucre lent et rapide” ne sont pas justes scientifiquement et ne sont plus employés.

Les sucres dits simples sont généralement plus vite absorbés que les sucres complexes.

Or, quand il y a un afflux trop rapide de sucre dans le sang, l’organisme doit rapidement le faire passer dans les cellules (grâce à l’insuline), ce qui entraîne un stockage en excès et parfois même des hypoglycémies réactionnelles qui se manifestent par de la fatigue, une forte envie de sucre et c’est un cercle vicieux qui peut s’installer !!

Au contraire, les sucres complexes sont digérés plus lentement,coupés petit à petit lors de leur passage dans l’intestin, permettant ainsi aux molécules de glucose d’arriver progressivement dans les cellules et d’être aussi rassié plus longtemps.

Cette digestion sera plus ou moins rapide selon l’aliment, sa teneur en fibres, sa cuisson, sa texture (entier ou mixé)...

25 % de la population en France est en pré-diabète

On estime aujourd’hui à 25 % de la population française le nombre de personnes en pré-diabète.

Mangez des fibres ! Au niveau du tube digestif, les fibres ralentissent le passage du sucre dans le sang et limitent le passage dans le corps du cholestérol et des substances toxiques issues de notre environnement.

Cela explique leur effet positif sur les cancers digestifs, les maladies cardio-vasculaires, le diabète, l’hypercholestérolémie et le surpoids. 

En limitant le cholestérol et le taux de sucre dans le sang, elles réduisent l’obstruction des artères et des vaisseaux en général, dont ceux du cerveau. 

Le diabète, par exemple, se développe lorsque le renouvellement des cellules du pancréas qui assurent la sécrétion de l’insuline n’est plus assurée. 

Les 8 signes d’une consommation excessive de sucre 

- Uriner trop souvent (polyurie) 
- Soif permanente (polydipsie) 
- Faim permanente (polyphagie) et/fortes envies de sucre 
- Trouble de la vision (vue floue…) 
- Irritabilité 
- Fatigue/coups de pompe 
- Démangeaison des parties génitale/mycoses à répétition 
- Caries dentaires… 

Je me suis limité à 8 signes ici en relevant les plus courants. Si vous vous reconnaissez dans un ou plusieurs de ces signes, alors, il est peut-être temps de contrôler votre consommation de sucre.

Face au sucre, certains décident “d’arrêter le sucre” totalement. Mais arrêter le sucre, ça veut dire quoi et quelles sont les conséquences sur votre corps et votre santé ? La réponse en images dans ma nouvelle vidéo YouTube !

Bon visionnage !

Lire les commentaire (1)



21 - 30 de 1650

Commencez maintenant votre analyse minceur GRATUITE


Êtes-vous une femme ou un homme ?

(Les solutions minceur sont adaptées)




Je commence mon bilan

Un dernier mot sur la méthode

La méthode Cohen est un accompagnement minceur permettant une perte de poids sans se faire violence, avec les aliments que vous aimez. Pour perdre ses kilos et réussir son régime, pas besoin de s’affamer. Pour Jean-Michel Cohen, le plaisir est la clé du succès minceur et vous le verrez dans vos plans de repas. Le programme minceur mis en place par le Dr Jean-Michel Cohen, va vous apprendre la nutrition et vous aidera à devenir autonome pour conserver votre poids idéal.

Dr Jean-Michel Cohen
GRATUIT : faites votre analyse minceur et découvrez mes premiers conseils personnalisés
×